Adira

Un renouveau pour les jeunes femmes de Mohammedia

Pour la petite histoire…

La coopérative Adira est née d’un projet de formation et d’insertion professionnelle des jeunes déscolarisés des quartiers périphériques de Mohammedia. En 2013, la Fondation Zakoura avait initié, en partenariat avec l’OFPPT et la Fondation Drosos, un projet de formation et d’insertion de ces jeunes en intégrant une dimension environnementale à travers la spécialisation « récupération, réutilisation et valorisation des matériaux usagés ».
Dans le cadre de ce projet, 54 jeunes filles ont bénéficié d’une formation technique en coupe et couture. Elles ont travaillé sur des chutes de tissus mises à disposition par les entreprises des environs de Mohammedia.
A la fin des 7 mois de formation, les jeunes filles ont été accompagnées pour effectuer un stage de deux mois en entreprise. Elles bénéficièrent également d’une formation de deux mois en Récupération, réutilisation et valorisation des matériaux usagés (RRV).
Aujourd’hui, une grande partie de ces filles ont été insérées dans le tissu économique de la région. Certaines sont encore en recherche d’emploi et sont suivies par les équipes de la Fondation pour assurer une insertion stable.
Parmi elles, 15 ont monté une coopérative du nom d’Adira. Située à Mohammedia, la coopérative Adira offre la possibilité à ces jeunes femmes de créer des pièces uniques en leur genre à partir de bouts de tissus recyclés.
La vente des articles permet de faire vivre cette coopérative, qui a vocation à former d’autres jeunes femmes par la suite.
 

« J'adore ce que nous faisons à adira. J'ai l'impression d'être une artiste.

Au début, je ne voulais pas faire de la couture. Mais, mon entourage m’y a encouragé. Puis, est venue l’opportunité de faire une formation gratuite en coupe et couture avec la Fondation Zakoura. Je me suis dit pourquoi pas, je vais tenter et voir ce que cela va donner. J’ai donc commencé cette formation et à apprendre le métier.
Au début ce fut difficile. Quand on ne sait rien de quelque chose, et que l’on n’y arrive pas, cela nous parait ennuyeux. Mais je me suis accrochée. Puis, j’ai appris pas mal de chose. J’ai fini par apprécier. Puis, Zakoura m’a donné l’opportunité d’intégrer la coopérative, je n’ai pas hésité une seconde. Il y avait une grande différence entre le travail où je ne voulais plus aller, et la coopérative. Je pense qu’Adira, avec les efforts que l’on produit aujourd’hui, va aller de l’avant et réussir. Il y a une grande différence entre aujourd’hui et au début. Les gens qui achètent nos produits doivent savoir que nous les travaillons avec le cœur, et nous donnons la qualité maximale. On travaille chaque pièce comme si elle nous était destinée. » 

Zineb Tamsste, 22 ans, membre de la coopérative

 

Adira a déjà exposé ses créations à Anfaplace, au Morocco Mall et à Loft Art Gallery